IV) Le chagrin amoureux

Feelings-love-quotes-favim.com-303544_large

 

 

1)Scientifiquement

 

Au bout d'un certain temps, le cerveau s'habitue aux décharges répétées d'endorphines. Ce n'est alors qu'une question de temps, les amours les plus fous deviennent doucement plus sages.

Celui qu'on appelait trois fois par jour rien que pour entendre sa voix, nous tape sur les nerfs s'il passe deux jours consécutifs à la maison.

Par contre, s'il y a rupture dans la période la plus forte de dépendance, il y a un sevrage brutal qui peut causer une douleur physique véritable, un peu comme le sevrage d'un toxicomane

Ceux qui n’arrivent pas à oublier leur amour perdu, pourraient avoir une raison biologique expliquant leur désespoir. Une étude sur le cerveau, publiée dans le Journal of Neurophysiology suggère que surmonter une rupture amoureuse pourrait être comme sortir d’une addiction.

L’étude a examiné les cerveaux d’individus dont le coeur avait récemment été brisé, et qui avaient du mal à s’en remettre. Les chercheurs ont trouvé que, pour ces femmes ou hommes au cœur brisé, regarder des photographies de leur ancien partenaire activait des régions du cerveau associées à la récompense, au manque, au contrôle des émotions, aux émotions d’attachement et à la douleur et détresse physique.

Ces résultats expliquent pourquoi il peut être si difficile, pour certaines personnes, de se faire une raison suite à une rupture, et pourquoi, dans certains cas, ces gens sont poussés à avoir des comportements extrêmes, tels que le harcèlement et l’homicide, suite à une peine de coeur.

Les chercheurs ont aussi de bonnes nouvelles pour les amoureux éconduits: le temps semble les guérir. Plus le temps aura passé depuis la rupture, et moins l’activité sera puissante dans la région cérébrale associée à l’attachement.

« Un chagrin d'amour ne dure Que jusqu'au prochain amour. » Pierre Perret


Photography468_large

Le chagrin d'amour : un manque d'endorphines

L'hypothèse de la saturation du cerveau émotionnel en endorphines lors du bonheur amoureux expliquerait le phénomène que représente le chagrin d'amour qui suit une rupture amoureuse.

En effet, le comportement de la personne abandonnée par l'être qu'elle aime présente des signes tout à fait ressemblants avec ceux observés chez les drogués en manque de morphine : anxiété permanente, insomnie, agitation, irritabilité, agressivité à l'égard de son entourage, troubles auxquels succède une phase de repli, de prostration, de désintérêt pour le reste du monde.

Ne peut-on alors concevoir, toujours dans l'hypothèse « morphinique » de l'amour, que la rupture amoureuse corresponde à un véritable « sevrage » brutal en endorphines du cerveau émotionnel et le chagrin d'amour à un « manque » en morphines endogènes?

Exemple :  toutes les personnes ayant subi un choc affectif ou un abandon amoureux brutal parlent de la « souffrance » qu'elles ressentent. Cette souffrance, morale et non physique, est bien connue des psychiatres qui soignent des déprimés. Elle est tout aussi réelle que la douleur ressentie sur un membre ou un organe, si ce n'est plus.

 3803774378_cfe0517700_large


Les médicaments du chagrin d'amour:

Si le chagrin d'amour repose sur une perturbation biochimique, il doit être possible de le traiter. C'est effectivement le cas. Nous disposons à l'heure actuelle de médicaments, nommés thymo-analeptiques, c'est-à-dire stimulants de l'humeur, qui agissent sur les trois principaux neurotransmetteurs impliqués dans la tris­tesse et la dépression : ce sont les antidépresseurs : Ils agissent sur des synapses des circuits nerveux utilisant ces catécholamines (dopamine, sérotonine, noradrénaline )


 

2)En littérature

 

Après l'annonce de la rupture l'hypothalamus déclenche la sécrétion de dopamine qui produit ensuite un effet de manque. Cette surproduction de dopamine empêche le cortex préfrontal (le centre de la raison) de nous raisonner et ainsi celui qui aime est près à faire des actes insensés pour l'être aimé.

 

Ce manque est aussi bien ressenti dans la littérature notamment dans Roméo et Juliette de William Shakespeare, ou nous le retrouvons dans l'acte III scène 3:

 

« A moi, nuit ! Viens, Roméo, viens : tu feras le jour de la nuit,

Quand tu arriveras sur les ailes de la nuit,

Plus éclatant que la neige nouvelle sur le dos du corbeau.

Viens, gentille nuit ; viens, chère nuit au front noir,

Donne-moi mon Roméo, et, quand il sera mort 

Prends-le et coupe-le en petites étoiles,

Et il rendra la face du ciel si splendide

Que tout l'univers sera amoureux de la nuit

Et refusera son culte à l'aveuglant soleil... »

 

Juliette languit Roméo son amour, elle veut que la nuit vienne à elle pour qu'elle puisse enfin voir son Roméo on le voit grâce à « A moi, nuit ! » à « Viens, gentille nuit » et à « viens, chère nuit ». De plus nous avons la répétition du verbe "venir" qui montre l'état dans lequel Juliette se trouve.

 

 

Dans Roméo et Juliette nous avons aussi dans la scéne finale ou nous avons  le suicide des deux amoureux, car ne supportant pas de vivre l'un sans l'autre. 

 

« Ah ! chère Juliette,

Pourquoi es-tu si belle encore ? Dois-je croire

Que le spectre de la Mort est amoureux

Et que l'affreux monstre décharné te garde

Ici dans les ténèbres pour te posséder !...

Horreur ! Je veux rester près de toi, et ne plus sortir de ce sinistre palais de la nuit ;

Ici, ici je veux rester

Avec ta chambrière, la vermine ! Oh ! c'est ici

Que je veux fixer mon éternelle demeure

Et soustraire au joug des étoiles ennemies

Cette chair lasse du monde...

Tenant le corps de Juliette embrassé.

Un dernier regard, mes yeux!

Bras, une dernière étreinte ! et vous, lèvres, vous,

Portes de l'haleine , scellez par un baiser légitime

Un pacte indéfini avec le sépulcre accapareur !

Saisissant la fiole.

Viens, amer conducteur, viens, âcre guide.

Pilote désespéré, vite ! lance

Sur les brisants ma barque épuisé par la tourmente !

A ma bien-aimée !

Il boit le poison.

Oh ! l'apothicaire ne m'a pas trompé :

Ses drogues sont actives... Je meurs ainsi... sur un baiser !

Il expire en embrassant Juliette. »

 

L'attachement amoureux de Roméo envers Juliette est très important dans cet extrait. Roméo, par amour, veut mourir aux cotés de Juliette, on voit cet empressement de Roméo notamment avec des exclamations telles que « Je veux rester près de toi » ou encore comme « c'est ici que je veux fixer mon éternelle demeure ». Cet attachement profond et sincère qu'il a pour Juliette l'entraîne à s'empoisonner comme nous le montre « viens, amer conducteur, viens, âcre guide » ou encore « ses drogues sont actives... ». 

 

« C'est le poison, je le le vois, qui causé sa fin prématurée.

L'égoïste ! il a tout bu ! il n'a pas laissé une goutte amie

Pour m'aider à le rejoindre !... Je veux baiser tes lèvres ;

Peut-être y trouverai-je un reste de poison

Dont le baume me fera mourir...

Elle l'embrasse.

Tes lèvres sont chaudes !

Saisissant le poignard de Roméo.

Ô heureux poignard !

Voici ton fourreau...

Elle se frappe.

Rouille-toi là et laisse-moi mourir !

Elle tombe sur le corps de Roméo et expire. »

 

Pour Juliette l'attachement amoureux est le même que celui de Roméo. Effectivement elle dit de Roméo que c'est un « égoïste » parce que  « il a tout bu » du poison qui lui permettrait de s'ôter la vie et ainsi le rejoindre dans l'au-delà.. Ensuite Elle n'hésite pas un seul instant à se suicider car dès qu'elle voit le poignard de Roméo elle le saisit et n'a aucune hésitation pour se tuer. L'histoire de Roméo et Juliette montre que par amour on peut faire beaucoup d'actes, pour l'être aimé. A la fin de l'oeuvre de William Shakespeare on peut comprendre que les deux personnages principaux meurent heureux car ils sont avec leur âme-soeur, mais n'oublions pas  que c'est quand même une fin tragique «  jamais aventure ne fut plus douloureuse que celle de Juliette et de son Roméo ».

 

Que celui qui meurt d'amour meurt donc de chagrincar il n'y arien de bon à aimer sans mourir. »   ♥


Tumblr_lofkvl5nbf1qaqxcdo1_500_large

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site